Note réalisée en collaboration avec la société de gestion WiseAM.

Devant les évolutions récentes de la crise sanitaire et économique liée à l’épidémie de coronavirus, nous avons décidé d’essayer d’apporter des informations régulières tant sur l’économie que sur les actions réalisées dans les portefeuilles. Ainsi, nous publierons chaque jour un Flash rapide et succinct des faits principaux de la veille et des opérations réalisées par notre société de gestion.

FLASH QUOTIDIEN #29 – 23 avril 2020

LE MORAL EN BERNE DES DIRECTEURS D’ACHATS

Comme prévu la bonne surprise n’a pas été au rendez-vous… les publications des résultats d’enquêtes préliminaires réalisées auprès des directeurs d’achats (PMI) se sont fortement dégradées ce jour. En France, l’indice composite (regroupant les secteurs manufacturiers et ceux des services) a touché un plus bas historique à 11,2. Pour rappel, un indice au-dessus du seuil de 50 représente une économie en croissance, tandis qu’un chiffre en dessous de 50 indique une contraction de l’activité. Cette donnée est confirmée par une publication de l’INSEE qui estime que l’activité économique en France a baissé de 35% par rapport à la normale. Etant donné le caractère exceptionnel de la situation actuelle, il est encore difficile de mesurer à quelle vitesse l’économie repartira. Les marchés financiers n’ont toutefois pas réagi défavorablement aux publications de PMI (la France n’était pas la seule impactée), estimant une nouvelle fois que cette situation est favorable au déploiement de mesures de soutien supplémentaires pour endiguer la crise.

 

L’ERE DES « STOCK-PICKERS » AVEC UN FOCUS SUR UN OPC QUE NOUS AVONS EN PORTEFEUILLE : GROUPAMA AVENIR EURO

Alors que l’actualité récente nous a donné nombre d’occasions de commenter les blocages européens, l’investisseur avisé est en droit de s’interroger sur la pertinence de continuer d’allouer une partie de ses actifs sur le vieux continent. Notre conviction est que la sélectivité des valeurs sera bien plus importante à moyen et à long terme dans la construction de nos allocations. Groupama Avenir Euro, l’une de nos gestions privilégiées sur l’univers des petites et moyennes capitalisations, témoigne par sa construction de portefeuille de sa capacité à identifier les grandes tendances de croissance. Ainsi, la sélection des valeurs se tourne prioritairement vers les sociétés de qualité dont la croissance bénéficiaire visible et durable leur permet de changer drastiquement d’envergure au cours des prochaines années. La conviction du gérant s’exprime en toute logique par un taux de sélectivité élevé… et un taux de rotation finalement très limité.

Les sociétés les plus représentées du portefeuille illustrent parfaitement ce constat, à la faveur de lignes importantes sur la thématique du digital comme Nemetschek tourné vers la numérisation et la digitalisation dans le domaine de la construction. A l’heure où la santé (re)devient un sujet majeur de nos sociétés occidentales, le fonds est positionné sur la société CompuGroup Medical. Au cœur des besoins de dépistage du Covid-19, on note également la bonne résistance d’Eurofins Scientific, qui a construit une importante capacité de laboratoires de diagnostic médical au cours des dernières années et vend des tests de dépistage du Covid-19, entre autres, en Allemagne, en France et aux Etats-Unis. Parmi les contributions positives à la performance du fonds depuis le début de l’année, Sartorius Stedim (équipements de production pour la biotechnologie, en hausse de près de 50% depuis janvier) poursuit son beau parcours après d’excellents résultats et perspectives de croissance publiés en début d’année. Si la société n’a pas encore communiqué sur l’impact de la crise actuelle sur son activité, elle reste au cœur de la dynamique de l’innovation dans le domaine des nouvelles thérapies et du développement des capacités de production dans le domaine de la pharmacie, notamment en Asie. Enfin, les observateurs auront pu constater que les valeurs liées au jeux vidéo (en l’occurrence Ubisoft) ne sont pas les pires à détenir en portefeuille en cette période de confinement. Ces sociétés de grande qualité et surtout tournées vers les thématiques de demain pèsent à elles seules près de 25% du portefeuille… et reflètent à merveille la philosophie de gestion globale du gérant.

En conclusion, les recherches sont concentrées sur des niches technologiques et de savoir-faire avec une propension forte au développement international. Hasard ou coïncidence, les sociétés sélectionnées font souvent preuve d’une bonne discipline financière. Elles réinvestissent ainsi une partie non négligeable de leurs bénéfices dans la recherche, le développement et le capital humain… en opposition aux sociétés qui ont une politique centrée sur les rachats d’actions ou l’endettement. Bien sûr, le fonds reste sujet aux mouvements erratiques des marchés financiers à court terme… Bien aidé par plusieurs de ses convictions dans le domaine des technologies médicales et de l’innovation digitale, il n’en a pas moins créé une surperformance importante ces dernières années, mais aussi dans la phase récente, face à nombre de ses concurrents. Son approche tournée vers les tendances de demain nous conforte surtout dans sa capacité à créer de la valeur ces prochaines années.

Source : Quantalys

 

 

LE SOMMET EUROPEEN DU JOUR

C’est la quatrième fois que les dirigeants se prêtent à l’exercice en visioconférence depuis le début de la crise sanitaire. Alors que la récession s’installe peu à peu dans l’Union Européenne à cause de l’épidémie de Covid-19, les 27 doivent désormais faire front commun pour trouver une réponse commune et adaptée à la situation. Plus facile à dire qu’à faire, tant les divergences font rage au sein de l’UE, entre les partisans de la mutualisation de la dette des Etats européens d’une part et ceux de la rigueur budgétaire d’autre part… Si l’Espagne, par la voix de son Premier Ministre Pedro Sanchez se montre optimiste, sa volonté de créer un fonds européen doté de 1 500 milliards d’euros risque de se heurter aux réticences allemandes et néerlandaises. Ces derniers, qui ne sont toutefois pas totalement réfractaires à ce plan, ne sont pas aussi ambitieux que leurs voisins du sud et ne parlent d’une réponse qui se compterait en centaines de milliards d’euros tout au plus. Si le Pape François prie déjà en faveur d’un accord et d’une unité retrouvée au sein de l’UE, la fumée blanche symbole d’accord risque toutefois de ne pas être visible dès aujourd’hui sur le vieux continent…

 

LE POINT COVID-19 DU JOUR

Dans la lignée de la dégradation des indicateurs PMI évoqués ci-dessus, les chiffres hebdomadaires du chômage américain publiés cet après-midi ont marqué une nouvelle augmentation de 4,4 millions de nouvelles demandes d’allocations. Ces données devraient continuer de concrétiser la dégradation de l’activité tant que les mesures de confinement persisteront. Sur le front sanitaire, le virus continue sa progression aux USA et les 27 600 nouveaux cas enregistrés le 22/04 représentaient près de 40% des nouveaux cas ce même jour dans le monde. En Europe continentale, les pays les plus touchés continuent de voir la courbe de contamination s’aplatir, laissant ainsi entrevoir l’espoir d’un déconfinement prochain sur les territoires concernés.

Principaux indices

 

*Performance calculée sur les cours du 23/04/2020 à 17h30 heure française.

Revue de presse