Note réalisée en collaboration avec la société de gestion WiseAM.

Devant les évolutions récentes de la crise sanitaire et économique liée à l’épidémie de coronavirus, nous avons décidé d’essayer d’apporter des informations régulières tant sur l’économie que sur les actions réalisées dans les portefeuilles. Ainsi, nous publierons chaque jour un Flash rapide et succinct des faits principaux de la veille et des opérations réalisées par notre société de gestion.

FLASH QUOTIDIEN #21 – 14 avril 2020

LA FED EN REMET UNE COUCHE

Comme on pouvait s’y attendre, la Fed continue de déployer son attirail monétaire… qui semble tant plaire aux marchés financiers ! La banque centrale américaine a donc annoncé en fin de semaine dernière un nouveau plan de soutien de … 2 300 milliards de dollars pour faire face à la crise économique engendrée par la pandémie de Coronavirus. Prêts supplémentaires aux agents économiques (ménages comme entreprises), financement des états et collectivités locales… mais aussi achats d’obligations d’entreprises : personne ne sera oublié ! Un virage majeur a été pris par la banque centrale, pour peu que l’on analyse ce plan sous toutes ses coutures. En effet, derrière ces achats de dettes d’entreprises se cache une mesure historique : la Fed s’autorise une intervention sur le haut rendement, soit les sociétés présentant des fondamentaux plus dégradés. Il n’en fallait pas moins pour que Jérôme Powell y voit les prémices d’une « robuste reprise » économique une fois la situation sanitaire maîtrisée. Pour rappel, le coup d’arrêt porté à l’économie américaine par les mesures de confinement est d’une envergure sans précédent : les inscriptions hebdomadaires au chômage font état de 10 millions de nouvelles demandes sur les deux dernières semaines…

De manière plus globale, chaque communication de banque centrale (comme les dernières minutes de la BCE) corrobore un peu plus le scénario selon lequel banquiers centraux resteront des acheteurs massifs de dette, qu’elle soit étatique ou émise par des entreprises.

 

ACCORD DE L’EUROGROUPE, LE MIRAGE DE LA SOLIDARITE EUROPEENNE ?

Nul n’aura échappé aux éditoriaux consacrés à l’accord finalement trouvé par les Ministres des finances de l’Euroland. Ne nous laissons pour autant pas leurrer par la satisfaction revendiquée par certains participants : le chemin vers plus de solidarité au sein de l’Euroland semble encore bien long. Tant attendue par nombre d’économistes, une mutualisation des dettes via l’émission de « Corona Bonds » ne fait pour le moment pas partie du plan. Bien sûr, l’Eurogroupe a engendré un accord prévoyant jusqu’à 500 milliards d’euros de soutien financier… mais une partie de cette somme n’aurait selon l’institution pas à être mobilisée. Une mesure de relance bien particulière… La force de frappe américaine que nous évoquions en préambule rend ainsi difficile de soutenir la comparaison. De profondes disparités et divergences d’opinions face à la crise continuent en effet de nourrir le quotidien du vieux continent. L’Allemagne, qui a déployé un train de relance 6 fois supérieur à celui de la France (600 milliards d’euros contre 100 milliards d’euros pour l’hexagone) infléchira-t-elle sa position conservatrice quand il s’agit de l’Europe ? A suivre….

 

LES NOUVELLES ANNONCES D’EMMANUEL MACRON

Le Président de la République s’est adressé lundi aux français pour la quatrième fois depuis le début de la crise sanitaire. Devant 36 millions de téléspectateurs, Emmanuel Macron a officialisé le prolongement du confinement initialement prévu pour se terminer le 15 avril. La nouvelle date de fin est désormais fixée au 11 mai, mais cette échéance n’est pas garantie et reste susceptible d’être retardée si nécessaire. Si l’échéance est respectée, la reprise progressive de l’activité en France démarrera par les écoles, les crèches, collèges et lycées. Les lieux publics (restaurants, cinémas, musées, …) resteront fermés jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, des mesures supplémentaires de soutien aux entreprises et aux ménages ont été annoncées, et seront détaillées prochainement par le gouvernement. Enfin, la gestion sanitaire de l’après-crise se précise, avec la mise en place de tests de dépistage pour toute personne présentant des symptômes, et la distribution de masques sur l’ensemble du territoire.

 

LE POINT COVID-19 DU JOUR

Alors que le chiffre de 2 millions de personnes contaminées devrait être franchi ce jour, les Etats-Unis comptabilisent près de 600 000 cas de Covid-19 sur leur territoire (dont un tiers pour la seule ville de New York et ses environs proches). En Europe, les pays les plus touchés (Italie, Espagne, France) voient désormais la situation se stabiliser petit à petit, et la sortie de confinement est désormais à l’étude. Les différents gouvernements sont désormais tiraillés entre la nécessité de faire redémarrer leurs économies respectives et celle de continuer à protéger leurs populations : l’exemple asiatique montre en effet qu’une reprise mal préparée engendre une seconde vague de propagation du Coronavirus, et la mise en place de nouvelles mesures de confinement.

A ce sujet, nous vous recommandons de visionner les deux reportages diffusés sur ARTE parlant pour l’un du confinement et pour l’autre de la sortie du confinement en Chine. Le sujet, peu traité dans nos médias, donne un point de vue très intéressant sur la lutte contre le Covid-19 en Chine, pour peu qu’on tienne compte des différences culturelles avec nos sociétés occidentales.

Principaux indices

*Performance calculée sur les cours du 14/04/2020 à 17h30 heure française

Revue de presse