Note réalisée en collaboration avec la société de gestion WiseAM.

Devant les évolutions récentes de la crise sanitaire et économique liée à l’épidémie de coronavirus, nous avons décidé d’essayer d’apporter des informations régulières tant sur l’économie que sur les actions réalisées dans les portefeuilles. Ainsi, nous publierons chaque jour un Flash rapide et succinct des faits principaux de la veille et des opérations réalisées par notre société de gestion.

FLASH QUOTIDIEN #11 – 27 mars 2020

Voici un récapitulatif de la journée du 27/03/2020 :

« SUPER MARIO » SORT DE L’ORNIERE !

Super Mario n’est pas qu’un jeu vidéo bien connu mais il s’agit surtout de l’ancien président de la BCE dont les analyses sont redoutables.

Les maladresses de communication parfois reprochées à Christine Lagarde nous rappellent à quel point son prédécesseur maîtrisait, lui, le chuchotement à l’oreille des marchés… Bien décidé à tuer l’ennui en cette période de confinement, Mario Draghi a signé un retour tonitruant dans les éditoriaux financiers (synthèse en français ici),enjoignant les gouvernements de l’Euroland à… annuler une partie des dettes privées. Un appel vibrant aux poches des contribuables aussi, puisque les dettes contractées pour combler le vide devraient selon lui être absorbées par les bilans des gouvernements… « Last but not least », Mario Draghi estime également que l’alternative à l’augmentation de la dette publique serait « une destruction permanente » de la capacité de production. En d’autres termes, faites chauffer les planches à billets !

L’INENARRABLE DONALD TRUMP ET SA COMMUNICATION A DOUBLE TRANCHANT…

Il y aurait de quoi alimenter cette chronique pendant des jours durant… Pendant que Donald Trump passe ses journées entre son compte Twitter et les plateaux télévisés, le pouvoir reste pour le moment aux mains des gouverneurs dans la gestion sanitaire de cette crise (mesures de confinement, plan d’aide aux hôpitaux, …). Ce qui n’empêche pas le président-candidat de formuler avec la conviction qu’on lui connait préconisations et autres souhaits. Comme celui de voir les mesures de confinement se terminer pour le week-end de Pâques… ce qui va pourtant à l’encontre des recommandations de ses propres conseillers scientifiques. Rappelons que Donald Trump, candidat à sa propre succession, enchaîne les « punchlines » dans le but de conforter son rôle de chef d’Etat garant de la bonne santé… économique du pays. Le locataire de la Maison Blanche joue-t-il par la même occasion le prolongement de son bail à quitte ou double ? Nous sommes en droit de nous poser la question, tant cette prise de risque semble osée en pleine année électorale, et alors même que les Etats Unis sont désormais le pays le plus touché au monde par le Covid-19. Parmi ses meilleures déclarations, notons le florilège cocasse du « le remède ne doit pas être pire que le mal», « les suicides dus aux mesures de confinement feront plus de morts que le coronavirus », ou ses appels à protéger les communautés asiatiques après avoir parlé d’un «virus chinois » … A suivre.

PREMIERE SEMAINE D’ACCALMIE SUR LES MARCHES

La baisse a été historique sur les marchés, le rebond récent l’est aussi ! A la suite des annonces des différents plans de soutien gouvernementaux à travers le monde, les opérateurs boursiers semblent regagner en visibilité dans la tempête nommée Coronavirus… Les banques centrales ayant également assuré leur volonté d’amortir une partie du choc, et surtout de garantir la solvabilité des Etats. Même la hausse record du nombre de demandes d’allocations chômage aux Etats-Unis publiée hier n’a pas empêché les bourses américaines de clôturer en territoire positif. Le Dow Jones a même connu une hausse de plus de 11% sur la journée du 24 mars, une variation que l’indice n’avait jamais connu dans sa longue histoire !

Si cette reprise des indices actions est de bonne augure après la baisse fulgurante des dernières semaines, la volatilité risque de persister dans les semaines à venir tant il reste de questions relatives à la crise actuelle : quel sera l’impact sanitaire du Covid-19 aux USA ? Quelles seront les conséquences macroéconomiques sur le long terme ? Et LA question qui les résume toutes : toutes ces indications sont-elles intégrées dans les prix de marché dès aujourd’hui ?

N’ayant pas de boule de cristal à notre disposition, le positionnement de nos allocations continue d’être pragmatique : continuer d’accorder notre confiance dans les gestions qui ont su tirer leur épingle du jeu, grâce à leur positionnement et à leurs stratégies tactiques. Des fonds d’investissement déjà évoqués récemment répondent selon nous à ce positionnement et font figure de véhicules aptes à capter le rebond sur le long terme lorsque les conditions seront réunies.

LE POINT COVID-19 DU JOUR… ET LA BONNE NOUVELLE POUR FINIR LA SEMAINE !

Comme évoqué ci-dessus, les Etats-Unis comptent désormais plus de cas déclarés de Coronavirus sur leur territoire que n’importe quel autre pays, Chine comprise (selon leurs chiffres officiels à prendre avec beaucoup de précautions…). A l’heure où nous écrivons ces lignes, ce sont 558 500 personnes dans le monde qui ont été infectées, dont 127 600 sont déjà guéries. En Europe, l’Italie continue de se rapprocher d’une fin de crise, tandis que l’Allemagne affiche le taux de mortalité le plus faible du monde (0.62%) malgré ses presque 50 000 cas confirmés. Ce paradoxe s’explique en partie par le fait que les tests de dépistages de grande ampleur sont maintenus dans le pays et permettent de détecter le virus chez des porteurs n’ayant pas encore de symptômes, ce qui augmente les chances de guérison et diminue le risque de propagation. En France, ce sont 29 155 cas de Covid-19 qui sont recensés, et le Premier Ministre a annoncé cet après-midi la prolongation des mesures de confinement jusqu’au 15 avril minimum.

Toujours dans le but de finir la semaine sur une note positive, nous avons récemment appris que le Covid-19 mute moins rapidement que prévu. Avec en moyenne une ou deux mutations par mois dans son génome, c’est un rythme deux à quatre fois plus lent que la grippe saisonnière. Cela limite donc sa capacité à changer et à résister à un vaccin, dont la recherche s’en trouve par ailleurs facilitée.

Principaux indices

*Performance calculée sur les cours du 27/03/2020 à 17h30 heure française