Il existe plusieurs types de Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP) et une multitude d’acteurs. Il n’est alors pas évident d’arrêter son choix.

Nous vous livrons quelques pistes afin de vous aider à choisir sereinement.

S’assurer de la disponibilité et de la réactivité du conseiller

Cela peut paraître évident mais il est toujours important de s’assurer que votre conseil vous répondra et traitera vos demandes, et si possible dans des délais rapides !

Vérifiez que les différents moyens de communication, les horaires du cabinet de conseil… sont bien affichés sur le site.

S’assurer du sérieux du cabinet

Un certain nombre d’inscriptions dans les chambres du métier sont requises pour exercer la profession de CGP, notamment l’adhésion à une des quatre associations professionnelles agréées par l’AMF (Autorité des marchés financiers) et l’immatriculation à l’ORIAS (registre unique des intermédiaires pour l’assurance, la banque et la finance).

Vous pouvez vous assurer du sérieux du conseiller en vérifiant le document d’entrée en relation (le tout premier document que l’on devrait vous fournir) sur lequel doivent figurer ces informations.

Également, un bilan patrimonial approfondi doit être réalisé avant toute préconisation afin d’appréhender toutes les composantes de votre patrimoine, vos objectifs et vos contraintes. Si le conseiller survole cette étape ou ne vous en parle pas, passez votre chemin !

S’informer sur le mode de rémunération de la société

Les Conseillers en Gestion de Patrimoine peuvent se rémunérer de plusieurs façons.

La facturation d’honoraires : le CGP vous facture ses services (définis à l’avance avec vous). Souvent le montant des honoraires est proportionnel au temps passé par le conseiller sur votre dossier.

Les commissions et les rétrocessions :  il s’agit d’une rémunération directement versée par les établissements financiers (banques, assureurs, sociétés de gestion, …) au CGP lors de la souscription à l’un de leurs produits ou de façon périodique. Cette rémunération s’exprime en pourcentage du montant investi par le client sur le produit.

A vous de voir avec quel mode de rémunération vous vous sentez le plus à l’aise. Le recours à l’un ou l’autre de ces modes ne remet pas en cause le sérieux du conseiller tant que celui-ci est transparent avec vous en vous expliquant les modalités de paiement de ses services.

Une différence entre CGP et CGPi ?

CGP et CGPi (Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant) peuvent tous deux vous accompagner dans la mise en place de stratégies fiscales, patrimoniales. Ils sont également tous les deux habilités à commercialiser des produits financiers.

La seule différence entre CGP et CGPi réside dans le mode de rémunération : en effet, le CGPi est uniquement rémunéré via des honoraires.

Se fier au bouche à oreille

La recommandation est le plus souvent la méthode la plus fiable… mais attention, il est toujours préférable d’attendre un avis vérifié où le CGP a fait ses preuves sur le long terme !