Les versements effectués sur vos contrats d’assurance-vie après 70 ans bénéficient d’une fiscalité avantageuse.
Seuls les capitaux versés seront taxés après une exonération de 30 500 €Tous les intérêts générés par les versements après 70 ans sont exonérés.

EXEMPLE CHIFFRÉ
M. Financière, 71 ans, dispose de 300 000 €. Plusieurs solutions de placements s’offrent à lui :

1 – PLACEMENTS
DE TYPE COMPTE-TITRES, PEA, LIVRETS

Hypothèse de rendement de 3% par an et décès dans 15 ans
300 000 €

flèche vers le bas

Dans 15 ans : 435 000 €

Les liquidités rentrent dans le patrimoine successoral et sont soumises aux droits de succession.
Soit 135 000 € de gains taxables

Montant taxable dans la succession au taux de 20% : 435 000 €.

 

Droits dus : 85 194 € net

2 – PLACEMENT
EN ASSURANCE-VIE

Hypothèse de rendement de 3% par an et décès dans 15 ans
300 000 €

flèche vers le bas

Dans 15 ans : 435 000 €

Paiement des droits de succession sur la fraction des versements supérieure à 30 500 €.
Soit 135 000 € de gains exonérés
+ exonération de 30 500 € = 165 000 €

Montant taxable dans la succession au taux de 20% :
300 000 – 30 500 (exonération) = 269 500 €

Droits dus : 52 094 € net

flèche vers le bas

Grâce au placement en assurance-vie et à des versements effectués après 70 ans, le bénéficiaire évite au décès une fiscalité supplémentaire de 33 100 €.

VERSER SUR UN CONTRAT DÉJÀ EXISTANT OU SOUSCRIRE UN NOUVEAU CONTRAT ?

L’intérêt d’ouvrir un nouveau contrat est d’isoler les sommes versées après 70 ans. Vous aurez alors une vision plus claire des gains générés et de votre fiscalité.

L’ASSURANCE-VIE EST-ELLE UN PLACEMENT LIQUIDE ?

L’assurance-vie vous permet d’effectuer des rachats à tout moment dans un cadre fiscal privilégié.

Plus les montants, la durée et le rendement sont élevés, plus les gains exonérés sont significatifs et donc les droits à payer sont réduits.

Partager l'articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin